Depuis début 2017, le droit à la déconnexion issu de la loi dite El Khomri entre en vigueur.

Dans les grandes lignes, les exigences vis à vis des dirigeants évoquent la mise en place de dispositifs de sensibilisation, d’action et de bilan formel de l’ensemble. A défaut et en cas de conflit avec le collaborateur, le dirigeant se trouvera confronté potentiellement à une procédure auprès du Tribunal des Prud’hommes mais aussi au Civil, via le Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale, et enfin en cas de poursuite de l’action cela peut se finir au Pénal.

Bien entendu, inutile de le préciser, avant d’en arriver à ces recours, les Hommes (dirigeant et  collaborateur) en seront fortement affectés moralement et psychologiquement, le tout dans un cercle vicieux de suspicion s’installant peu à peu. La seule et célèbre Charte de l’utilisateur des moyens mis à disposition par l’entreprise auprès du collaborateur risque d’être obsolète avant même que l’encre de la signature ne sèche… Selon l’adage, empreint de tempérance, mieux vaut prévenir que guérir.

Siorac Conseil vous accompagne dans une troisième voie : La transformation de cet enjeu du droit à la déconnexion en une opportunité de cohésion et de dynamique positive avec vos collaborateurs.

Comment transformer un enjeu du droit en opportunité ?

Afin de répondre à l’exigence du droit en termes de dispositif à mettre en œuvre, Siorac Conseil vous propose de faire de l’empowerment avec vos collaborateurs en 3 points :

  • Dispositif de Sensibilisation : l’objectif est d’informer tous les collaborateurs sur le Droit, en tant que loi, mais aussi en tant que Devoir pour prévenir (autant que faire se peut) les risques psycho-sociaux et pour développer la qualité de vie au travail et l’équilibre des vies privées et personnelles.
  • Dispositif d’Empowerment collaboratif : l’objectif consiste à faire réfléchir tous les collaborateurs,via des ateliers participatifs, sur la nature des relations qui génèrent des risques psycho-sociaux, sur une vision commune faite de communication respectueuse (respect de soi et des autres) et de bienveillance solidaire (parce que nous ne sommes pas tous égaux face aux risques psychosociaux) dans premier temps. Puis dans un second temps, tous les collaborateurs s’accordent, ensemble, autour d’une convention commune pour formaliser, par écrit, une base reprenant les éléments relatifs à l’utilisation des moyens (sens, valeurs, cadre horaire, etc.), mais aussi sur le suivi à mettre en œuvre pour garantir sa pérennité (et ainsi se prémunir des risques psycho-sociaux).
  • Dispositif de Célébration : l’objectif va dans le sens de la cohésion du groupe de l’organisation qui se faisant démontre sa capacité à développer une vision commune, un sens et des valeurs d’entreprise, une dynamique dans l’échange collaboratif.

En un mot un coup de peps exceptionnel de nature à se prolonger si l’esprit participatif est entretenu.

Est-ce une perte de temps, d’argent, d’énergie sur le business ?

  • Oui cette proposition prend un peu de temps : 2 heures environ par groupe de 10 collaborateurs, puis 4 heures en groupe de rédaction, et enfin 1 heure de célébration.
  • Oui cela coûte le prix d’un accompagnement qui vous engage dans le processus mais qui vous rapporte au-delà de la contrainte légale imposée.
  • Oui pour l’énergie sur le business pendant la durée du processus mais vous gagnez en force collaborative, en cohésion interne qui est la source pour décupler l’impact auprès de vos marchés.
  • Non car si vous externalisez la rédaction d’une charte auprès d’un avocat, vous bénéficiez certes d’un conseil expert (d’où son prix) mais vous perdez la cohésion du groupe auquel vous allez imposer cet écrit, sans certitude aucune qu’il soit appliqué d’une part et que vous soyez à l’abri des risques d’autre part.
  • Non car la dynamique générée par le temps passé peut se transformer en déploiement agile de votre organisation pour vos projets en cours et ceux à venir
  • Non car la formule permet de responsabiliser chacun dans son intérêt propre et dans l’intérêt commun
  • Je vous invite à évaluer financièrement vos derniers projets qui n‘ont pas abouti, à estimer les temps perdus dans les résistances au changement dans votre entreprise, à mesurer la solitude du dirigeant dans ces décisions et l’impact de la peur paralysante des collaborateurs face à l’avenir

Si vous êtes convaincu que l’on peut simplement et efficacement transformer un enjeu majeur, qui ne fera que s’accroitre, en une opportunité de développement de la cohésion de votre entreprise, alors contactez-nous pour évaluer ensemble vos besoins !