Quand on me demande ce que je fais, je réponds en général: je suis plasticienne, décoratrice et formatrice en créativité ; ce dernier point semble beaucoup intéresser mais il est courant que je doive l’expliquer.

Qu’est ce la formation en créativité?

« – Comment peut-on enseigner la créativité, m’interroge t-on?

– Je ne peux pas, leur dis-je. J‘enseigne aux gens à s’autoriser à devenir créatifs. Mon rôle n’ est pas celui d’un expert mais celui d’un facilitateur.

– Oh! Vous voulez dire que nous sommes tous créatifs? Vous y croyez vraiment?

– Il est tentant de considérer que notre créativité c’est à dire notre capacité à produire des idées nouvelles et originales est limitée. Ce n’est pas le cas: le cadre normal de l’entreprise est souvent peu propice à la créativité car celle-ci a besoin de stabilité pour mener son activité. Néanmoins notre esprit d’inventivité est souvent sollicité en dehors du cadre du travail en particulier pour cultiver ses goûts (cuisine, musique, photo etc etc). Le potentiel créatif est le fait de tous; il suffit d’en connaître les mécanismes. »

Comment formez vous à la créativité?

« -Que faites-vous pour développer ces capacités?

– Je plonge les participants dans des postures inspirées par l’art.

– Expliquez-vous.

– Eh bien par exemple, lors d’une formation classique, on va expliquer dans une 1ère partie les conditions nécessaires au développement de la pensée créative; expliquer, analyser, commenter, e sont les maîtres-mots de la formation. Pour ma part, on commence par la mise en pratique de ces attitudes créatives. En plaçant les participants dans une activité hors-cadre, on va révéler des compétences enfouies.

– Qu’est ce que le hors-cadre?

– Un atelier d’arts plastiques, une visite de musée.

– Et çà marche?

– Bien sûr. Lorsqu’on sort du cadre et que l’on explore et expérimente des territoires nouveaux, on est dans une dynamique de changement favorable à la créativité. Et puis on voit de nouveaux talents émergés. L’œuvre d’art est à la clé mais pas seulement…

– En effet je vois vos peintures.

– Non, ce ne sont pas les miennes mais celles des participants qui pour la plus part n’ont pas touché un pinceau depuis la classe maternelle.

– Pouvez-vous me donner la technique?

– Vous posez beaucoup de questions et comme je vous l’ai dit plus haut, expliquer, analyser commenter, tous ces verbes tuent notre créativité. Au contraire, dans mon atelier d’arts plastiques, nous sommes dans le faire. Je parle très peu; c’est avant tout un travail sur la communication non verbale et là encore nous n’avons pas l’habitude. A l’école, l’université ou encore en entreprise, on a occulté ce mode de fonctionnement. On passe beaucoup de temps à écouter, expliquer etc. Nous sommes dans le lâcher-prise. Entre notre cerveau et le pinceau il n’y a rien: pas de parasite. Je pense que c’est comme une source d’eau inépuisable et insaisissable.

– Quant à la visite au musée, je suppose que vous devez vous appuyer tout de même sur des objets et œuvres et les utiliser à des fins créatives.

– Oui tout à fait. Mais dans un 1er temps, on apprend à regarder. Regard global et regard d’analyse pour développer le sens du réel et l’attention.

– Bon, je commence à comprendre mais j’aimerais connaître l’intérêt de développer sa créativité dans l’entreprise et quel est le rapport avec l’Art.

– La créativité aide les entreprises à se redéfinir, à préparer l’avenir, à s’adapter aux évolutions, à trouver des solutions, à inventer des nouveaux produits, marques, modes de distribution. Elle est à l’origine du changement, de l’adaptation et de l’innovation.

L’art est le vecteur de cette mutation puisqu’il donne les codes en donnant vie à son monde intérieur. C’est également un ressourcement grâce à l’exploration de la pensée créatrice de chacun. Je compare cette formation à un voyage dont personne ne peut tracer l’itinéraire exact mais dont la destination est surprenante…