Le sureffectif… une situation à haut risque !

Nous avons plus de ressources humaines disponibles que nécessaire. Le sureffectif est une véritable situation de crise puisqu’il crée un déséquilibre fort entre nos capacités de production et notre carnet de commandes. Ses lourdes conséquences peuvent être dévastatrices financièrement, moralement et socialement voire remettre en cause l’existence même de cette entreprise pour laquelle nous sommes si nombreux à donner tant d’énergie, à en vivre et à en être si fiers.

L’urgence et la peur des conséquences nous amènent à devoir engager des décisions, difficiles à prendre pour le chef d’entreprise, difficile à accepter pour les salariés et difficiles à vivre pour tous.

Pourtant, comme dans chaque crise ne pouvons-nous pas y voir une opportunité positive commerciale, sociale, structurelle et comportementale ?

Vers de nouvelles conquêtes commerciales ?

L’outil de production est opérationnel, prêt à tout donner pour montrer ses savoir-faire… Peut-être est-ce le moment d’élargir nos perspectives commerciales, de redynamiser les méthodes de nos forces de vente, d’oser aller sur des marchés nouveaux, certes moins confortables lorsque nous allons les appréhender, mais qui vont pouvoir peut-être contribuer au développement long terme de notre activité. Et si ces nouveaux horizons commerciaux ne devaient-être qu’éphémères, ils nous auront au moins permis de regarder autrement notre marché, d’acquérir de nouveaux repères, de nouveaux réflexes pour manager nos forces de ventes… et de nous donner du temps pour surmonter une difficulté passagère.

Envie de changer ?

C’est la question à laquelle nous aimerions savoir répondre pour chacun de nos salariés en ces temps de crises. Quels sont ceux qui ont envie de bouger, d’adapter leurs horaires ou leurs temps de travail pour être plus présents auprès de leur famille, envie de changer de métier, de poste, envie de travailler autrement ?

N’est-ce pas là une réelle opportunité sociale qui nous pousse à prendre le temps d’écouter attentivement chacun de nos collaborateurs, de dialoguer, avec l’envie de comprendre ses aspirations et nous rendre compte que chacun peut porter en lui un bout de la solution à notre problématique du moment ?

Adapter l’organisation du temps de travail ?

On a toujours fait comme ça ! Et si nos salariés n’étaient pas réellement trop nombreux ? Et si une organisation du temps de travail mieux adaptée, prenant en compte la saisonnalité de notre activité, les nouvelles données de notre marché, les évolutions récentes de la règlementation du travail et de notre branche, nous permettait de gérer un effectif optimal sans avoir réduire brutalement la taille de nos équipes.

Communiquer pour engager un combat gagnant-gagnant !

Si les salariés qui subissent les conséquences néfastes des crises de sureffectif, sont les plus touchés dans leur vie quotidienne, connaissons-nous beaucoup de chef d’entreprise heureux de devoir se séparer d’une partie de leur personnel ? Combien d’heures de sommeil agité, combien de décisions compliquées à assumer ? Le sureffectif assumé et partagé peut devenir un combat fédérateur de toute une entreprise qui devient une redoutable machine, pour chercher ensemble comment s’adapter, comment se développer pour le bien-être et la sérénité de tous et dans l’intérêt de chacun, quelque-soit sa place dans l’organisation.

Devant tant d’opportunités positives, qui contribuent au dynamisme collectif, une seule question alors,  pourquoi attendre le sureffectif pour agir?