La compétitivité mondiale fait rage à tous les niveaux, entre les États, les Régions, les entreprises, mais aussi les PME-PMI. Elle est accélérée par le développement de l’Internet et par la crise mondiale, allant jusqu’à une forme de guerre économique, avec la perte de milliers d’emplois pour le vaincu.

Quelques questions aux dirigeants :

  • Vos savoir-faire sont-ils à l’abri ?
  • Êtes-vous sûr de produire et vendre demain ?
  • Connaissez-vous vos concurrents autant qu’ils vous connaissent ?
  • Vos clients changent, leurs attentes également, et vous ?
  • On a toujours quelque chose à apprendre des autres, pratiquez-vous le Benchmarking ?
  • De nouveaux marchés s’offrent à vous et pour combien de temps ?
  • Savez-vous ce que votre entreprise produira dans 5 – 10 ans ?

L’intelligence compétitive, c.-à-d., la maîtrise de l’information stratégique utile aux acteurs économiques, est une nécessité vitale. Les entreprises, les régions et les états ne peuvent l’ignorer et se doivent d’implanter cette fonction comme ils le firent pour le marketing et la qualité et plus récemment le développement durable.

Que permet un dispositif d’Intelligence compétitive pour une entreprise ?

  1. Protéger son patrimoine immatériel ;
  2. Anticiper et gérer les crises avec une veille sur la notoriété et sur la e-réputation des produits, des services, mais aussi sur les dirigeants de l’entreprise qui ne sont pas à l’abri d’une attaque sur les réseaux sociaux ;
  3. Saisir des opportunités et d’accéder à de nouveaux marchés sur le plan national et international ;
  4. Renforcer la créativité et mieux manager l’innovation ;
  5. Faire aboutir ses projets en pratiquant l’influence et le Lobbying ;
  6. Savoir travailler avec les autres entreprises et les autres cultures sur le plan national et international.

1

Quelle maîtrise de l’information dans les PME-PMI ?

  • Le décideur se trouve souvent en situation d’éteindre les incendies ;
  • Il croule sous les informations ;
  • Il n’est pas vraiment dans une situation de maîtrise et de contrôle.

La surveillance de l’environnement concurrentiel, technologique et réglementaire. Quelles sont les pratiques observées ?

Le dirigeant fait de la veille à un niveau « local », alors que la concurrence est internationale, facilitée par les technologies de l’information et de la communication ;

  • Ses sources :
    • le salon sectoriel annuel (veille technologique et concurrentielle) ;
    • la CCI, la Fédération professionnelle, les associations et clubs d’entreprises ;
    • et le bouche à oreille.
  • Sa veille n’est pas automatisée :
    •  les informations ne sont pas mises à jour en temps utile ;
    • il n’a pas de système d’alertes automatisées ;
  • Il ne peut se battre à armes égales contre les concurrents mieux formés et mieux équipés. Sa société est condamnée à disparaitre.

Dans ce contexte d’hyper compétitivité et de guerre économique, la maîtrise de l’information à forte valeur ajoutée est plus que jamais une question de survie. Pour survivre, l’entreprise doit mettre en place un dispositif de veille stratégique sécurisé pour Agir, Anticiper et Réagir, mais aussi se Protéger.