Utiliser le jeu en formation, c’est tout d’abord s’adresser au « Je ». Quoi de plus intéressant pour chacun de nous, que le « Je » ?

« Parlez-moi de moi, il n’y a que ça qui m’intéresse », chantait Jeanne Moreau. Les participants à une formation, ne souhaitent qu’une chose, en retirer des bénéfices personnels ! Être en Jeu c’est être « Je », au centre , Acteur de sa formation ; et non pas, comme trop souvent, simple spectateur devant un PowerPoint.

Utiliser le jeu et plus particulièrement le jeu Théâtral, en formation professionnelle pour adultes, c’est interpréter, assumer un rôle ; théâtral ou professionnel de l’entreprise (Expert, Manager, Leader …). Jouer « théâtralement », est extrêmement émouvant ; on s’expose au regard des autres : « Regardez-moi, je joue pour vous ». L’émotion générée par ce jeu est forte au point d’en laisser un souvenir profond et pérenne. Ces instants vécus permettent de prendre conscience de nos comportements, en toute décontraction, sans jugement, sans justification.  » Le fait de faire du théâtre est en soi le ferment de toutes les transformations. L’action modifie le regard qu’on a sur les choses »  (Antoine Vitez.)

Apprenez en vous amusant !

Nous avons tous appris l’autonomie grâce aux expériences vécues dans nos jeux d’enfants. C’est donc retrouver inconsciemment l’enfant présent en chacun de nous et lui permettre de s’exprimer librement et joyeusement, sans que notre « Adulte » et notre « Parent » ne nous censurent et nous jugent.

Les jeux permettent de développer les compétences comportementales requises dans de nombreuses situations professionnelles. Que ce soit en jeux improvisés ou préparés, ce sont des compétences indispensables pour un(e) cadre et un(e) manager. Comme le comédien de théâtre qui monte sur scène, il faut trouver « le plaisir d’être là », physiquement et intellectuellement, présent à la relation, avec son public, avec son environnement.

Le rire, un acte de communication universel

Enfant, nous riions 300 à 400 fois par jour. Adulte, nous riions 19 minutes par jour en 1939, 6 minutes en 1983 et moins 1 minute de nos jours ! (Et encore ! 7% des français affirment ne pas rire du tout). Pourtant, les études de médecins spécialistes indiquent que 10 à 15 minutes de rire quotidien permettrait de rester en meilleure santé. Concrètement, le rire à des effets sur : Le Stress, le sommeil, le système immunitaire, la digestion, la douleur … et bien sur, sur l’énergie, l’humeur et l’optimisme (en riant notre organisme libère des endorphines qui ont un effet antidépresseur et anxiolytique). Selon l’OMS, 80 % des maux sont dus aux émotions non exprimées. Jouer, rire, permet de « lâcher prise » et d’exprimer ses émotions.

Introduire le jeu dans le domaine de la formation revient à mêler plaisir et travail afin d’aborder méthodes, recettes et outils de manière stimulante.

Quels « plus » apportent le jeu en formation ?

  • Le contexte ludique fait oublier l’effort.
(« le rire, c’est comme des essuies glaces, ça n’arrête pas la pluie, mais ça permet d’avancer »)
  • La mise en application physique
(Notre corps va mémoriser de nouveaux comportements)
  • Le défi individuel ou collectif
(Oser surprendre et se surprendre)
  • La créativité dans la recherche de solutions.
(se forcer à inventer l’avenir, dépasser les problèmes)
  • L’utilisation de l’erreur comme base de travail.
(«Progresser, c’est changer d’erreur ; “je me plante, donc je pousse !»)
  • Le temps (parfois redouté en début de formation) « passe » beaucoup plus vite.
    (« ho ! c’est déjà fini !? »)

Qu’est-ce qui peut nous freiner ? : La peur

  • S’éloigner de notre zone de confort. La peur est liée à l’instinct de survie. Il s’agit souvent d’un conflit entre le besoin de répondre à un critère personnel de réussite et le sentiment de ne pas être à la hauteur. La peur est donc liée au désir.
 Mon travail d’animateur/coach consiste pour beaucoup à « donner envie » aux participants d’oser se dépasser, être soi même, s’épanouir. (« ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » Sénèque )
  • La peur du jugement des autres ; d’être mal considéré, d’être raillé, surtout de ne pas être aimé.
Le jeu, et particulièrement le jeu théâtral, permet de « lâcher prise”, d’apprivoiser cette peur, d’oublier le regard des autres et d’oublier de se juger. De ne plus penser au « paraître » et d’assumer complètement son « rôle professionnel » pour « être » authentique, vrai, humain ; donc crédible et convainquant.

Ce travail/jeu n’est efficace que si l’on est en confiance (avec l’intervenant, avec le groupe), pour pouvoir oser s’épanouir. Le respect des règles de « bienveillance » et de « non-jugement” est donc essentiel. Le jeu appliqué comme principe, en formation professionnelle, a prouvé sa grande efficacité, je le constate avec plaisir depuis plus de vingt ans. Ces jeux sont en réalité un vrai travail technique avec des exercices spécifiques. C’est en expérimentant, en s’entraînant, en répétant, encore et encore, que l’on fini par atteindre ses objectifs de développement personnel !

Grâce au jeu, le Consultant/formateur/coach/animateur devient un « Révélateur de talents »