intelligence rationnelle : 1 ; intelligence relationnelle : 0

C’est entendu : je suis, vous êtes, nous sommes tous « intelligents ». Oui mais…de quel type d’intelligence parlons- nous ? Celle mesurée par les tests de QI ? Celle évaluée par le système scolaire ? Il existe plusieurs types d’intelligences et beaucoup croient encore que seule l’intelligence rationnelle a de l’importance. Or, au travail, entre pairs, avec le big boss, ses collaborateurs, c’est l’intelligence relationnelle qui sera décisive, qui permettra de manager, de désamorcer des conflits, de rendre une équipe plus efficiente…En 2018 encore, nous pouvons résumer la situation de l’intelligence au travail de la manière suivante : intelligence rationnelle : 1 ; intelligence relationnelle : 0 !

L’intelligence relationnelle c’est quoi ?

C’est la capacité (qui s’apprend, qui s’entraîne, qui s’intègre progressivement) à entrer en relation avec soi, avec l’autre et avec le monde de manière riche et fluide.
Nous ne développerons ici que la relation avec l’autre : comment entrer en relation et entretenir une relation respectueuse, riche et fluide avec mon/ma collègue, mon/ma boss, ma collaboratrice/ mon collaborateur ?
Quelques pistes (surtout pas des conseils!) de travail sur votre manière de communiquer, de manager :

  • 1) Cultiver l’art de l’écoute active : l’écoute active c’est l’écoute bienveillante, totale, inconditionnelle de l’autre (de sa parole et de tout son corps aussi) : je ne le juge pas, je ne l’évalue pas, je l’entends même -et surtout- si je suis en désaccord avec sa position. Ensuite je serai à même de me positionner sereinement y compris pour m’opposer mais sans que mon interlocuteur ne se sente agressé, diminué ou même ridiculisé.
    Ce n’est ni naturel ni facile, cela se travaille en lien avec les valeurs de chacun.
  • 2) Le management bienveillant : selon la belle formule de Jacques Salomé l’autorité c’est « rendre l’autre auteur de ses actes ». Ce qui est vrai dans la relation parents/enfants l’est également dans le monde du travail. L’autorité verticale abusive coupe la communication et infantilise, le management bienveillant permet à toutes et à tous d’exprimer leurs potentiels créatifs au sein de l’entreprise, de l’équipe ou du service.
  • 3) La décentration : si je suis capable de me décentrer, de quitter quelques instants le centre de mon monde, mon nombril, alors je peux sortir du brouillard relationnel et commencer à percevoir les autres dans leur diversité et leur richesse. Je quitte le monde des projections, des étiquettes apposées sur le front de chacune, de chacun pour découvrir l’univers de la relation authentique. Je redécouvre l’humanité de l’autre et…la mienne !

En guise de conclusion, très provisoire, nous pouvons affirmer que toutes et tous nous avons beaucoup à gagner à cultiver notre intelligence relationnelle au travail (et dans tous les autres domaines de notre vie également !). La souffrance au travail croît dans le terreau de l’autorité destructrice, des cabales, des mises au placard, des clans, etc. La coopération, produite par l’intelligence relationnelle, permet des relations adultes  et respectueuses au travail.
Au lieu de jouer aux « échecs » jouons à des jeux collaboratifs : non pas un vainqueur et un vaincu mais tous perdants ou tous gagnants.

L’intelligence relationnelle : au boulot !

Prochain article : les relations hommes / femmes au travail