Ericsson, l’équipementier télécoms nous livre son dernier rapport sur la mobilité et nous dévoile ses prévisions pour le marché des objets connectés à l’ IoT, Internet des objets : en 2022, 18 milliards d’objets seront connectés à l’ IoT, mais seulement 2,1 milliards à un réseau longue distance, communications cellulaires M2M et low power LPWA.

Selon le dernier rapport sur la mobilité de l’équipementier suédois Ericsson, le nombre d’objets connectés à l’ IoT, voitures connectées, machines industrielles, compteurs, produits grand public de types wearables, etc, devrait croître en moyenne de 21% dans le monde entre 2016 et 2022, pour atteindre au total 18 milliards d’unités.

A cette échéance, l’ensemble des appareils connectés à un réseau, y compris les téléphones mobiles, les PC, tablettes, atteindra alors 29 milliards d’unités. Dès 2018, le nombre d’objets connectés à l’ IoT dépassera celui des téléphones mobiles, assure le rapport d’Ericsson.

Ericsson distingue les objets qui seront connectés par des technologies sans fil courte portée (Wi-Fi, Bluetooth, Zigbee, etc.) de ceux qui seront connectés à un réseau longue distance (réseau cellulaire 3G, 4G, 5G et les réseaux LPWA type Sigfox, Lora ou NB-IoT). Les objets connectés par des technologies courte portée seront largement majoritaires (16 milliards en 2022) et leur nombre progressera en moyenne de 20% par an entre 2016 et 2022.

A l’inverse, les objets connectés à un réseau longue distance seront très minoritaires, « seulement » 2,1 milliards d’objets en 2022 et 400 millions cette année, mais leur nombre croîtra plus rapidement : +30% en moyenne par an.

Pour Ericsson, les seules connexions à un réseau cellulaire (3G, 4G, etc.) représenteront 400 millions d’objets cette année ,ce qui semble indiquer que l’équipementier suédois fait l’impasse sur les réseaux LPWA en 2016…. Les réseaux cellulaires devrait représenter 70% des connexions longue distance en 2022, soit alors un total de 1,5 milliard d’objets.

Actuellement, Ericsson estime que la 4G LTE représente moins de 5% des connexions cellulaires pour l’ IoT. Une part qui devrait progresser au fur et à mesure de la baisse des coûts des modems LTE, avant l’avènement de la 5G qui offrira des possibilités techniques inédites pour booster les possibilités des connexions IoT critiques.