En appui du discours, les outils de communication visuelle permettent de renforcer le contenu d’une présentation. Les orateurs disposent d’une large palette d’outils, qui va du croquinote au diagramme de Gantt en passant par les outils hyperformants que sont les cartes heuristiques. Si l’outil standard, plus ou moins bien maîtrisé, demeure l’incontournable PowerPoint, il existe d’autres possibilités pour réussir à capter l’attention du public.

Trois options sont à la disposition de l’intervenant présentateur pour améliorer sa communication visuelle :

  • 1/ Recourir au tableau Velleda ou au paperboard. Il peut paraître intimidant de dessiner avec un marqueur au tableau mais c’est beaucoup plus facile qu’on ne le croit. Il n’est pas nécessaire d’être un artiste expert en dessin. Savoir dessiner des ronds, des carrés, des flèches, des personnages en fil de fer, ou des têtes en forme de smiley, suffit très généralement. Le côté spontané du dessin réalisé sur le vif offre une dynamique conviviale qui recueille très généralement l’adhésion de l’audience. On notera que dans des salles équipées avec des outils numériques récents, il est possible de dessiner directement sur l’écran avec des marqueurs électroniques. Une alternative reste le dessin directement sur une tablette avec une liaison filaire ou en Bluetooth vers l’écran de visualisation.

 

  • 2/ Utiliser un logiciel de dessin pour préparer en amont la présentation. La solution la plus simple consiste à utiliser la bibliothèque de formes de PowerPoint. En combinant les formes simples élémentaires, carrés, cercles, flèches, on peut déjà arriver à un ensemble considérable de solutions, qu’il est en plus possible d’agrémenter par des vignettes d’images que l’on aura stocké au préalable dans son PC. La mise en place préalable des visuels permettra de gagner en qualité de dessin mais on y perdra en revanche en spontanéité et convivialité.

 

  • 3/ Le plus efficace est le recours à un logiciel dédié de mind-mapping. Les cartes heuristiques sont l’outil privilégié de la visualisation des situations complexes. Elle permettent de clarifier d’un seul regard une situation globale, un processus, une arborescence, en mettant en lumière efficacement la structuration des éléments dans un système global. La simplicité d’utilisation des logiciels les plus performants (Simple Mind ou CMap Tools par exemple) permet de retrouver la spontanéité de l’écriture directe au tableau. On peut également les utiliser pendant une présentation après avoir soigneusement élaborée la carte heuristique du problème à résoudre ou de la situation à expliciter. La possibilité (présente sur la quasi totalité des logiciels) de masquer telle ou telle partie de l’arborescence permet de retenir l’attention du public sur un détail précis, important lorsque le sujet peut être difficile à comprendre ou assimiler.

 

Au delà de la maîtrise des outils, la communication visuelle nous invite à comprendre le monde d’une nouvelle manière. Les potentialités de notre cerveau droit, celui de l’appréhension générale des situations, sont tout aussi importantes que le raisonnement analytique de notre cerveau gauche. Il est donc nécessaire d’allier la totalité de notre bagage intellectuel afin d’améliorer la portée du message transmis à l’aide d’une présentation dynamique en plus de votre discours.