1 Milliard de $ ! Voici la somme levée par les 120 start-ups les plus importantes des 15 dernières années, uniquement dans le secteur des vins et spiritueux. Contre toute attente, le secteur des vins et spiritueux, aussi traditionnel et conservateur qu’il puisse être, a su faire preuve d’innovation forte et rapide, au même titre que des secteurs plus en pointe, tels que le tourisme, la finance ou encore les transports.

Je vous propose de partager ici les résultats d’une étude que nous avons menée avec 33entrepreneurs, accélérateur bordelais de start-ups spécialisé dans les domaines de la gastronomie, des voyages et des vins et spiritueux. Cette étude a été conduite en 2015 et porte sur plus de 800 start-ups du secteur des vins et spiritueux.

LA SURPRENANTE DEUXIÈME PLACE DE L’ASIE

Première surprise, si 40% des start-ups de notre secteur créées depuis 15 ans l’ont été aux USA (ce qui est assez logique), 30% l’ont été depuis l’Asie, continent a priori pas spécialement tourné vers les vins et spiritueux. L’Europe, bastion de cette culture n’arrivant elle que troisième, avec 25% des créations. Première conclusion donc, il est devenu aujourd’hui indispensable de se tourner vers l’Asie, et particulièrement la Chine, non seulement pour vendre nos vins et spiritueux mais également pour les perfectionner, pour innover. Et deuxième conclusion, l’Europe arrive certes 3e, mais la France est en tête, représentant à elle seule une création de start-ups sur deux en Europe ; attention aux préjugés sur le classicisme et l’immobilité de la France !

Ensuite, notons la très forte accélération du nombre de start-ups crées chaque année dans le secteur : de moins de 20 créations par an jusqu’en 2008, on est passé à 60 en 2011 et 140 en 2014 !

LA CHAINE DE VALEUR DU SECTEUR

Si l’on veut maintenant analyser le milliard de $ de fonds levés, nous avons décortiqué la chaine de valeur de notre secteur. 5 segments ont donc été identifiés (toute start-up qui se crée se positionnera dans l’un ou l’autre de ces segments en fonction de son activité) :

  • Recommander: aider le consommateur dans ses choix
  • Produire : faire partie du processus de production
  • Commander / Livrer : faire partie du processus de commande et de livraison
  • Consommer : lié à un produit ou un moyen de consommation
  • Tours et Activités : organiser des tours, visites et activités, notamment dans l’oenotourisme

Il est ensuite très intéressant de comparer le poids de chaque segment et la répartition des levées de fonds effectuées depuis 15 ans ( cliquez ici pour apercevoir le tableau de comparaison)

UN DÉSÉQUILIBRE QUI OUVRE LA VOIE A DE NOMBREUSES OPPORTUNITÉS

Autrement dit, 80% du milliard de $ levés depuis 15 ans sont allés dans le segment « Commander / Livrer » qui ne représente « que » 40% des créations de start-ups. Raison de ce déséquilibre ? La présence de 2 géants, l’américain Wine.com et le chinois Jiuxian.com qui ont levé à eux deux plus de 500M$. Une autre conclusion que l’on peut tirer ici est donc qu’il y a un réel potentiel dans les autres segments, l’innovation s’est surtout concentrée jusqu’ici à la partie commande et livraison, il est temps maintenant d’accélérer l’innovation dans la recommandation, la production ou encore la consommation.

Il est également intéressant de noter qu’aujourd’hui, les start-ups qui se créent ou lèvent des fonds ne se spécialisent plus dans un seul segment de la chaine mais les mélangent en créant des modèles hybrides alliant plusieurs segments de la chaîne de valeur. Les offres se structurent par exemple avec le développement de bases d’informations adaptées aux critères de l’utilisateur ainsi que la commande en ligne : on oriente le consommateur, on lui vend ce qu’il cherche et on le livre chez lui ou à coté.

DES CHANGEMENTS IMPORTANTS CHEZ LE CONSOMMATEUR

Enfin, une dernière tendance intéressante, au niveau du consommateur cette fois, est la personnalisation de l’expérience de la dégustation et de l’achat. Exit les échelles de notation à la Robert Parker ou au Wine Spectator qui ont conduit pour certains à l’uniformisation des gouts en matière de vin. Aujourd’hui, le consommateur recherche un vin ou un spiritueux qui corresponde à ses goûts, et adapte sa recherche à l’objectif de l’achat qui peut être un diner en amoureux, un apéritif entre amis, un cadeau ou même un investissement.

Pour terminer et illustrer cette approche de l’innovation, voici quelques noms de start-ups récentes proposant une réelle alternative dans notre domaine des vins et spiritueux, ainsi que les segments de la chaine de valeur à laquelle elles appartiennent.

NE MANQUEZ PAS LE VIRAGE DIGITAL DANS LES VINS ET SPIRITUEUX

Fort de mes 15 ans d’expérience dans les vins et spiritueux, et notamment dans le digital, je vous propose de vous accompagner afin de tirer le meilleur profit de cette révolution en marche :

  • Au niveau stratégique : audits, benchmarks, analyses, veille technologique, définitions des tendances, des objectifs et de la stratégie. En particulier en Open Innovation et expertise des Start-Ups.
  • En community management : génération de contenus, intégration et déploiement sur les réseaux sociaux…
  • En digital marketing: campagnes média : création et développement de sites internet ; conception et développement d’applications Smartphones ; recommandations et activation de la communication par les blogueurs ; conception, création et mise en place de clubs ; conception-rédaction d’emails et de newsletters.

Alors, ensemble, participons à la levée du 2e milliard de $ dans les vins et spiritueux : nous n’aurons pas besoin, cette fois, de 15 ans pour l’atteindre !